Oui, cas idéal mais rare de mise en charge immédiate.

DSCN3524

Le Cas:

   Un patient appareillé haut et bas par un stellite et un complet. Le haut tient plus où moins et le bas se balade. Le scanner donne son verdict : De l'os, juste ce qu'il faut à la mandibule.

   La décision est prise. Le patient viendra le jeudi matin au cabinet dentaire le matin, repartira implanté à midi (5 implants) et aura sa prothèse mandibulaire, la sienne, l'ancienne, ajustée à une barre vissée en bouche le lundi matin.

Le travail :

   Nous récupérons le mercredi le complet de Mr X pour enlever les 6 antérieures ( que nous changerons par des neuves) et transformer ainsi cette prothèse totale en PEI pour permettre au praticien de transférer les 5 implants.

   Jeudi matin, nous arrivons alors que l'intervention est en cours depuis un moment. Le patient est calme sur le fauteuil de chirurgie et le dernier implant vient d'être posé.

   Le praticien pose les transferts, les visse et insère la prothèse dépourvue de ses dents prothétiques pour contrôler que rien n'empêche la suite du travail. Une ou deux petites retouches et l'opération "Transfert d'implants" commence. Elle ne durera pas bien longtemps.

    Une fois la résine Duralay polymérisée, nous récupérons notre complet/PEI et le travail clinique se termine .

S_L_onardon_003S_L_onardon_005S_L_onardon_004

   A partir de se moment là, le temps est compté. 3 jours 1/2 .

   L'empreinte est "traitée" : Fausse gencive, coulé du maître modèle en plâtre et mise en articulateur ( facilité par la présence des postérieures ).

S_L_onardon_010S_L_onardon_007

   Nous optons pour la connectique pour une Vario Soft barre et cavaliers téflons de la société Bredent. Les implants multi Serf occultent les problèmes de //isme. Les gaines sont ajustées, coupées. Le travail peut commencer et au soir du premier jour, la barre est en revêtement. Nous nous attachons toujours beaucoup à lui donner un aspect esthétique travaillé au niveau de la solidarisation des gaines. Nous décidons de la mise en place de 3 barres et donc de ce fait de 3 futurs cavaliers. Elle sera coulé le vendredi matin avec comme alliage, du Cérinox 50, un nickel-chromenickel-chrome non céramique qui présente la particularité d'avoir un brillant vif, éclatant, joli !.

DSCN3520DSCN3517

   Grattée, ajustée (point de bascule, ouf !) et polie, nous la vissons sur le mettre modèle pour la suite de la réalisation prothétique.

DSCN3522

    Il s'agit maintenant de réaliser la contre-barre, qui permettra entre autre de renforcer la prothèse et de "protéger" les cavaliers téflons ( chez nous, les attachements ne sont que très rarement noyé simplement dans la résine. Nous nous attachons à toujours réaliser une armature métallique )

   Celle-ci est sculptée directement sur la barre implantaire mise de dépouille en patern résine rouge calcinable. Un fois validée, elle est mise en cylindre et coulée dans le même alliage que la barre.

DSCN3525DSCN3526

   Peu de grattage, un bon ajustage des cavaliers dans son intrado, et un "clipage" satisfaisant sur la barre nous ravissent. La suite du travail est un simple exercice de mobile durant lequel nous montons de nouvelles dents du commerce sur la prothèse totale.

S_L_onardon_016S_L_onardon_018S_L_onardon_017

   Samedi midi, mission accomplie !.

   La prothèse est prête et sera livra en date et heure à son propriétaire, qui depuis, content du résultat et surtout du confort, est reparti en soin pour une pose multi-implantsmulti-implants au maxillaire.

S_L_onardon_022

Partie implantaire : Docteur Jean luc Brel, 26 Saint Paul 3 châteaux.

Partie prothétique : Docteur Suzanne Malot-LéonardonMalot-Léonardon, 26 Pierrelatte.

Merci à eux de nous permettre de réaliser ce style de prothèse en Contre La Montre, ne permettant pas l'erreur mais tellement intéressant et gratifiant.

S_L_onardon_020